« De la créativité ? Oui… La stratégie et l’efficacité en plus ! »

graphique vous le voulez comment votre projet

Il faut sauver le soldat communication !

Toutes ressemblances avec des personnages ou des événements existant ou ayant existé, décrits dans les commentaires qui suivent, ne sont en aucun cas fortuits. La réalité des métiers de la communication est assez souvent mal perçue voire fantasmée comme l’a très expliqué Frédéric Fougerat dans son article, la communication est un vrai métier. Ces croyances amènent à des demandes de clients parfois surréalistes que nous avons tenté de recenser ici :

1/ Le « gratuisme »

Récemment, un prospect nous a sollicité pour la création d’une campagne de communication digitale. Pour le rassurer sur le choix de notre agence, il nous a demandé de lui présenter préalablement des maquettes de nos futures propositions. LOL

2/ La course au prix

Autre dérive rencontrée de plus en plus par les freelances comme les agences de communication : le client qui veut qu’on se dépense pour lui, mais sans qu’il dépense de trop ! Plus dérangeant, quand il s’agit d’un grand groupe industriel qui souhaite vivement faire appel au talent de votre agence pour réaliser ces 5 brochures de 24 pages. Mais, parce qu’il y a un mais… il vous précise avoir un budget création serré (2 000 € pour être précis) car l’impression lui revient cher. En résumé, on peut négocier la création mais pas la qualité de l’impression. LOL

3/ L’urgentiste

Rien à voir avec les personnages de la célèbre série américaine « Urgences ». L’urgentiste est le client qui croit fermement au miracle. Exemple : après trois semaines d’attente, il vous donne son ok pour lancer la création de son nouveau logo, mais souhaite le présenter dans les 48 heures car il a un CoDir important. LOL

 

4/ L’expert pas expert

Tous ceux qui ont travaillé ou travaillent dans la communication, ont tous fait ce constat : il n’y a pas plus irritant que ce client qui veut vous apprendre votre métier ! Il se définit comme un créatif à ces heures perdues et pour vous le prouver, il vous a gribouillé son flyer qu’il vous présente fièrement pour faire office de brief. « Je pourrais le faire moi-même, mais vous ça vous prendra qu’une heure alors que moi je prendrai une journée. Comme je vous ai déjà tout fait, proposez moi moi un prix sympa ». LOL

5/ Le mixer

La dernière dérive en date et selon nous la plus regrettable car elle démontre l’incompréhension de nos métiers : un directeur commercial qui diffuse sur Linkedin cette annonce : « Recherche une entreprise, un auto entrepreneur ou un étudiant pour réaliser un logo. Je vous invite à me communiquer en MP votre offre, votre site web, vos réalisations, vos méthodologies ? LOL, LOL et encore LOL…

Analyser l’adn une marque, comprendre son marché, déterminer des objectifs, construire une stratégie marketing, concevoir des concepts créatifs… Autant de compétences qui demandent un certain niveau d’expérience et d’expertise et pas simplement une maîtrise technique. Aujourd’hui, le client veut tout, bien, vite et surtout pas cher. Alors parfois, il cherche à recruter un collaborateur (quand ce n’est pas un stagiaire!) capable d’être à la fois rédacteur, graphiste, community manager et directeur marketing. Comme la démontre le diagramme de Venn dans la communication tout est possible même le rapide et le bien, à condition d’avoir le budget. Mais généralement, la rapide et pas cher donne toujours du laid. C’est donc scientifiquement prouvé !

Valorisons notre réflexion pour sauvegarder nos métiers et notre image

Si toutes ces dérives peuvent s’expliquer par le souhait des clients de faire des économies. Ne sommes nous pas nous les communicants nous-mêmes les premiers fautifs en ne valorisant pas assez la rigueur de notre métier. Nous laissons souvent la part belle à cette idée de créateurs de rêve.

Quand un client nous sollicite pour la création d’un logo ou d’un site web et que nous le lui transmettons sans valoriser la réflexion de notre travail, ne nous pénalisons nous pas ?

Pour la réalisation d’un site web, bien pensez l’arborescence du site avant de s’attaquer au design est primordial. Cela demande du temps de bien construire même un site vitrine pour favoriser l’expérience utilisateur et générer des leads. Prendre le temps de bien penser pour que votre site web soit un outil de communication rentable.

Plus facile à dire qu’à faire, mais l’image de marque de nos métiers dépend de nos convictions à « éduquer » nos clients… comme on éduque le palais d’un amateur de bons vins. En effet, vous pouvez acheter du vin dans un rayon discount ou chez un sommelier… ça reste du vin mais ça n’aura certainement pas la même qualité.